AccueilPortailPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tour du Cantal 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Ven 3 Juil 2009 - 12:07

Labrousse

Au sud-est d'Aurillac et au sud de Carlat, le village de Labrousse a su conserver une mosaïque de milieux, dont bocagers et enforestés, constituant un paysage riche et relativement préservé. Marquant la limite entre Châtaigneraie et Carladès, il appartient à la Communauté d'agglomération du Bassin d'Aurillac.






Eglise gothique dédiée à Saint-Martin, ancien évangélisateur du Cantal.

L’influence « volcanique » se retrouve dans le bâti, par l’emploi du basalte qui confère une certaine austérité aux constructions. Les toitures à quatre pans en lauzes de micaschiste sont caractéristiques de la Châtaigneraie. Dans le bourg, on peut admirer la bâtisse Trinty, l’église de style gothique, la fontaine et une chapelle romane. Dans l’un des 20 hameaux de la Commune, l’ancienne croix Saint-Pierre a donné son nom à la nouvelle paroisse du secteur d’Arpajon-sur-Cère.


Sous l’effet de l’érosion, le relief s’est inversé : la lave basaltique, qui s’était mise en place en fond de vallée, constitue aujourd’hui un plateau qui domine les environs. C’est le cas notamment autour du site de Moissac : de la table d’orientation, la vue embrasse le cœur du volcan ; puis le sentier chemine tantôt sur la falaise, tantôt dans des sous-bois parsemés d’orgues basaltiques et de blocs éboulés. Ces paysages constituent des lieux de randonnée appréciés.

Témoignage de l’histoire locale et plus largement de la vie agricole d’antan, un Ecomusée de la Terre et des hommes a été créé en 2000 au village de Prat. Des bénévoles mettent en scène les outils qu’ils collectent et restaurent, et ont recréé une ancienne salle de classe.



Orage à Labrousse

Textes : Caba.fr
Images : Cantalpassion.com
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Sam 4 Juil 2009 - 14:09

Lacapelle-del-Fraisse

A 25 kilomètres d'Aurillac et au nord de Montsalvy, le village est situé sous le point culminant du canton de Montsalvy (832 m), "les trois arbres". Mis-à-part le site des Trois Arbres, point culminant du pays du Veinazès, on peut y découvrir une petite grotte, la grotte de Saint Pierre, près du cimetière. Par ailleurs, le Musée du Veinazès, au village de Lacaze, perpétue les traditions locales.


Le musée du Veinazès.

Le musée du Veinazès présente sur plus de 500m² des ateliers ruraux, des outils et machines agricoles en état de fonctionnement ainsi que des expositions temporaires qui racontent l'histoire de l'ancien pays du Veinazès (actuel canton de Montsalvy). Musée vivant, cet établissement propose des visites guidées au cours desquelles sont démarrés les différents tracteurs, moteurs, batteuses du début de l'industrialisation agricole locale.

Une belle initiative familiale qui prend son origine dans l'ambition d'un enfant : Le musée du Veinazès est avant tout une famille : Maryvonne, Raymond, Jean-François, Daniel et Bernard.

En effet, Raymond Coste avoue fièrement qu'à la demande d'un de ses fils, soucieux de préserver la mémoire du patrimoine culturel mobilier, matériel et immatériel, a commencé une collecte d'outils, à vocation agricole ou artisanale. Cette famille constitue une collection depuis 1992, dans le but d'établir dans la région de Montsalvy, un lieu d'exposition et de sauvegarde.

En 2001, aprés de nombreuses recherches, un terrain est offert généreusement par Mr Henri Monier à Lacaze de Lacapelle del Fraysse; Un nouveau souffle est donné à l'initiative familiale qui ne se s'arrêtera plus désormais!

Le 1er Juillet 2003, le "Musée du Veinazes" ouvre ses portes au public avec 300 m2. Il s'agrandit régulièrement avec de nouvelles expositions.

Le concept du musée est de présenter sa collection sous forme d'expositions temporaires (85%) afin de renouveler le plaisir des visiteurs. Ce choix impose une organisation importante et permet de fidéliser un public de proximité.

Le Musée contribue aussi à l'étude du Pays du Veinazès grâce à un fonds documentaire spécialisé à partir de nombreux documents inédits, de l'Ancien Régime à nos jours.

Renseignements : 04 71 62 56 93



Textes : Antonio et Cantalpassion
Images : Cantalpassion
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
cycl1ste
Pâtre
Pâtre


Masculin
Sagittaire Nombre de messages : 2
Age : 26
Localisation : paris
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Sam 4 Juil 2009 - 17:15

Vive Jussac, c'est chez moi!

Merci pr les photos Smile
Revenir en haut Aller en bas
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Sam 4 Juil 2009 - 20:19

@cycl1ste a écrit:
Vive Jussac, c'est chez moi!

Merci pr les photos Smile

expatrié ? Smile Vas-y raconte j'suis curieux lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
mic
Admin
Admin
avatar

Masculin
Scorpion Nombre de messages : 15903
Age : 31
Localisation : Allanche
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Sam 4 Juil 2009 - 20:40

@Antonio a écrit:
@cycl1ste a écrit:
Vive Jussac, c'est chez moi!

Merci pr les photos Smile

expatrié ? Smile Vas-y raconte j'suis curieux lol!

t'es foutu cycl1ste, antonio voudra tout savoir Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cantal-leforum.com En ligne
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Dim 5 Juil 2009 - 15:16

Cros-de-Ronesque
en Carladès


Avec Carlat à l’ouest et l’Aveyron à l’est, Cros-de-Ronesque se situe dans le Carladès cantalien. Avec ses habitations traditionnelles, son clocher à peigne, la Chapelle de Ronesque, le château de Messilhac ou encore le parc Escoubiac Land, Cros-de-Ronesque ne manque pas d’attraits.












Le sécadou est le séchoir à châtaignes : petit édifice carré ou circulaire, établi à l'écart des maisons. Sur son plafond intérieur, en liteaux à claire-voie, on entassait les châtaignes sur une épaisseur de trente à quarante centimètres. Au rez-de-chaussée, en dessous, sur un foyer ouvert, on entretenait pendant quinze à vingt jours, et en permanence, un feu de souches sans flammes qu'il fallait très fumeux. Cette fumée dense séchait lentement les fruits au passage, avant de s'échapper par tous les interstices du toit et du bâti.






Escoubiac Land, lieu de rêves vous permettra de découvrir le pays des contes, un monde de merveilles. Au programme : village miniature, scènes des fables de La Fontaine, salle d’exposition, jeux et manèges.
"C'est l'histoire d'un homme dont les fées s'étaient penchées sur le berceau et lui donnèrent la passion; la passion des mondes imaginaires. Devenu grand, il voulut partager sa passion avec le plus grand nombre. Les enfants d'une part, mais aussi tous ceux dont le coeur avait gardé cette part d'innocence. Ainsi c'était décidé, il allait créer son parc... Il partit à la recherche du terrain idéal... et trouva un coin de paradis. Escoubiac. Puis il alla frapper aux portes, demandant de l'aide à ceux qui étaient en mesure de le faire, mais les portes restèrent désespérément closes. Qu'importe la passion était là, et rien n'aurait pu l'éteindre. Alors il se mit au travail, seul , puis entouré de son beau père, de sa femme, de ses enfants, et le parc sortit de terre et prit forme. Aujourd'hui ce parc existe et cet homme a découvert le secret que les fées ont voulu lui souffler lorsqu'elles s'étaient penchées sur son berceau; le pouvoir de la passion, celui de transformer les rêves en réalité..."

http://www.escoubiac-land.fr












Construit en Carladez dès le XIe siècle, sur un promontoire élevé dominant la vallée du Goul, aux confins de la Haute Auvergne et du Rouergue, Messilhac, par les embellissements apportés à son logis central au début du XVIème siècle par Jean de Montamat, son seigneur, est aujourd'hui le seul vestige intact de l'architecture de la Renaissance dans le Cantal, avec une façade sculptée de toute beauté et un escalier droit à l'italienne. Le château qui fut à la fin du seizième siècle le siège du bailli de la Haute Auvergne, le capitaine Capt de Rastinhac, lieutenant général du roi dans la région, joua un rôle important dans l'histoire locale, notamment au cours de la Guerre de Cent Ans où il fut occupé par les troupes anglaises et durant les Guerres de Religion. Formé de deux grands donjons, d'un corps central et d'une aile datant de la fin du XVIIIème siècle, Messilhac offre de sa terrasse et du haut de ses échauguettes un superbe panorama sur la Vallée du Goul.



Sources : Cantalpassion.com, mesilhac.com, souquieres.org
Photos : Panoramio, Flickr


Dernière édition par Antonio le Mar 25 Aoû 2009 - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Cantalou_94
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Gémeaux Nombre de messages : 3244
Age : 34
Localisation : 93
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 6 Juil 2009 - 11:21

Superbe la photo de l'orage sur Labrousse !

C'est quand même dommage de laisser de telle bâtisse tomber en ruine comme cela...
En même temps, bonjour le prix des réparations !
Sad
Revenir en haut Aller en bas
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 6 Juil 2009 - 16:31

J'aimerais compléter un peu ma présentation de Cros-de-Ronesque, qui porte un nom assez mystérieux. Le nom de la commune s’explique par sa situation au pied du Puy Maurenc. En
effet, « cros » en occitan signifie « creux ». Les versants pentus sont aussi peu utilisables pour les cultures que pour les herbages. Les sols acides convenaient mieux à l’établissement de châtaigneraies. Mais implantées sur des terrains à forte déclivité, ces châtaigneraies sont aujourd’hui laissées à l’abandon. Il subsiste tout de même un séchoir à châtaignes : le « secadou ». Par ailleurs, d’après les archives, il y a eu une carrière de basalte qui a été exploitée sur le village de Morzière. Le village d’Escoubiac possédait même une source d’eau minérale excellente.

Source : Office de tourisme du Carladès
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 6 Juil 2009 - 16:46

Saint-Etienne-de-Carlat

On reste dans le Carladès avec la commune de Saint-Etienne-de-Carlat. A 785 m d’altitude, elle se situe entre deux vallées, avec la Cère d’un côté et le Goul de l’autre. Le village est dominé par la majestueuse table basaltique de Carlat, au sud. L'église romane St Etienne (XIIe siècle) et le Manoir de Cazolat (qui date de la première moitié du XVIIe siècle) sont à visiter.
Saint-Etienne-de-Carlat s’appelait autrefois Saint-Etienne-de- Capels. Son église, inscrite du 13e et 16e siècle, ceinturée d’une muraille de pierres, domine le village du haut de son promontoire.


L’église caractérisée par un clocher à peigne.


Le Manoir de Cazolat

D’architecture simple et au décor sobre, il date de la première moitié du 17e siècle.

années de construction : 1632 ; 1824

historique : logis 1e moitié XVIIe siècle, archaïsant ; la grange-étable porte les dates 1632 (porte de l'étable) et 1824 (porte de grange), cette seconde date correspondant à un remaniement peut-être lié à l'abandon du chaume

description : pièce gauche du rez-de-chaussée du logis voûtée en arc segmentaire ; logis à croupes, toit conique sur la tour, couverture en micaschiste ; grange-étable à couverture mixte, micaschiste, tuile plate, tuile mécanique, avec de la tuile creuse sur l'appentis déterminé par la porte de grange
gros-oeuvre : basalte ; tuf volcanique ; andésite ; appareil mixte ; moellon
couverture (matériau) : micaschiste en couverture ; tuile plate ; tuile creuse ; tuile mécanique
couverture (type) : toit à longs pans ; croupe ; toit conique ; pignon couvert
escaliers : escalier hors-oeuvre ; escalier tournant à retours sans jour ; en maçonnerie

typologie : logis de plan allongé à tour d'escalier en façade, bretèche, latrine en encorbellement ; étable en rez-de-chaussée, grange et remise en comble, porte de grange en mur gouttereau, porte d'étable en mur pignon, étable double longitudinale, porte de grange passante


Randonnée à Saint-Etienne-de-Carlat

La Croix des Lucs
>>Télécharger la carte au format pdf


Sources : Archives départementales du Cantal, Office de tourisme du Carladès
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Mar 7 Juil 2009 - 16:31

Vieillevie

A l’extrème sud du département, en pleine Chataigneraie et à la limite de l’Aveyron, Vieillevie est arrosée par le Lot. C’est un endroit idéal pour pratiquer le canoë-kayak voire même le raft, de nombreux rapides jonchant la rivière, surtout au printemps.

Par ailleurs, Vieillevie offre un magnifique château du XIIIe siècle, inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques. Il possède quatre tours rondes, des fenêtres à meneaux, une galerie de bois à l'intérieur ainsi que des cheminées monumentales. Le château fort de Vieillevie domine le village le plus méridional du Cantal avec ses cerisiers au Ier siècle et ses vignobles implantés par les moines dès le IXe siècle. Impressionnant et imposant, austère mais protecteur, le château de Vieillevie interpelle les visiteurs... On semble bien petit au pied de ses murs, mais on s'y sent bien ! Cette construction a été remaniée à la Renaissance (XVIe) sans rien perdre de son aspect défensif : un système de fortifications remarquable et un corps de logis rectangulaire encadré de hautes tours aux petits toits coniques, dont la sévérité a été atténuée par l'ajout d'ouvertures... La visite des lieux est guidée... ce n'en est que mieux pour appréhender les 1.000 ans d'histoire avec lesquels vous avez rendez-vous... Les monumentales et splendides cheminées, les espaces réservés aux soldats, ou encore ceux réservés aux seigneurs nous renseignent sur les conditions de vie, les us et coutumes de cette lointaine époque...

Enfin, l’église Saint-Laurent, récemment restaurée, est constituée d’un clocher carré, de retables du XVIIe siècle et de jolis vitraux.














Images : Panoramio, Association des Villages de France, Base de canoe/kayak Asvolt, Flickr, Cantalpassion
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Mer 8 Juil 2009 - 13:03

Vezels-Roussy

On termine notre tour de la Châtaigneraie cantalienne par Vezels-Roussy. Vezels-Roussy ne compte que deux hameaux et une douzaine de maisons isolées… Mais elle a deux bourgs ! A l’origine la Commune s’appelait Roussy ; mais le hameau de Vezels prit peu à peu plus d’importance que le bourg. Une école y est construite, ainsi qu’une église… Vers 1880, la question du transfert de la mairie se fait de plus en plus criante ; elle est officiellement tranchée en 1904. Survivances de ce passé : un nom composé pour la Commune et une section électorale spécifique pour Roussy. Au pro rata de sa population le village élit 3 Conseillers municipaux, dont un Adjoint spécial chargé notamment de l’Etat civil de Roussy.

La Commune a hérité de la belle église de Roussy dont on trouve déjà la trace dans des textes du XIIe siècle, mais dont la majeure partie remonte aux XV-XVIes siècles. Intérieur et extérieur ont été rénovés, de même que l’extérieur de l’église de Vezels. Par ailleurs, à Roussy, un magnifique four à pain a résisté au temps.



L’église


Minet local


Ici, les amateurs de randonnée trouvent des points de vue de choix, au gré d’un relief vallonné. Constitué de micachistes, le plateau culmine à plus de 700 m offrant un paysage de prairies ouvertes sur le rocher de Ronesque, tout près, et les Monts du Cantal. Mais l’érosion fluviale a également entraîné la création de gorges, d’une profondeur de 300 m, aux pentes boisées de chênes et châtaigniers.

Au Tronquet, un chemin entre de vieux murs de pierres sèches permet ainsi d’admirer le panorama sur la vallée du Goul, entre Cantal et Aveyron. Sur la route de Leucamp, vers le pont du Maurs, la vue plonge sur le confluent du Goul et du Maurs. Là, un sentier conduit aux vestiges du château de Caylus : les traces d’un mur et, dit-on, d’une table de sacrifice… Sur le circuit qui part de l’église de Vezels, c’est un véritable piège à sanglier que l’on peut découvrir : un puits muré et recouvert de branchages, construit à la fin du XIXe siècle, ainsi qu’un magnifique point de vue sur le plan d’eau du Maurs.


>> Voir aussi : des stages sur le thème du champignon à Roussy


Après le Pays Gentiane, le Cézallier, le Pays de Saint-Flour, l’Aubrac, le Carladès et la Châtaigneraie, demain, on met le cap au nord, direction l’Artense.

Sources : caba.fr
Images : Cantalpassion, Flickr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Jeu 9 Juil 2009 - 18:22

Champs-sur-Tarentaine-Marchal
Artense


Au coeur du plateau de l'Artense, entre les Monts Dore et les Monts du Cantal, Marchal est aujourd'hui associée à la commune de Champs-sur-Tarentaine. L'Artense offre un paysage pittoresque par son histoire géologique que l'on peut découvrir et apprécier en parcourant nos nombreux sentiers bordés de murets de pierres sèches. un pays de pierres et de forêts, entre lacs et tourbières.



Pour les amateurs de pêche, d'activités nautiques, de sites pittoresques, le canton de Champs sur Tarentaine dans le nord ouest du Cantal offre un environnement riche avec de nombreux cours d'eau à truites tels la Tarentaine, la Rhue,  quatre lacs de 1e catégorie ( La Crégut, le Taurons, le Tact, Vaussaire), le lac de Lastioulles en 2e catégorie.
Certains de ces plans d'eau sont également équipés pour les activités nautiques tel Lastioulles (centre nautique de Lastioulles). On peut y pratiquer la planche à voile, dériveur, le catamaran, le canoe, le pédalo... Mais on peut aussi s'y baigner !

" Douillettement blotti au fond d'une magnifique cuvette dont les parois montagneuses abondamment boisées, l'abritent de tous vents, Champs sur Tarentaine offre un visage des plus agréables."

Le canton de champs sur Tarentaine dont l'altitude varie de 500 à 900 mètres englobe les communes de Champs-Marchal, Lanobre, Beaulieu et Trémouille. Il est inséré entre Dordogne, Rhue et Tarentaine et sillonné par les eaux de leurs affluents, agrémenté de sous-bois, de nombreux points d'eaux et par des gorges profondes enjambées par des ponts. Ce site ne peut qu'enchanter les promeneurs en quête de calme et d'air pur. Champs-Marchal capitale du pittoresque plateau de l'Artense avec sa superficie de 6032 ha et la richesse de son environnement est un lieu privilégié pour le tourisme d'espace.

























Randonnée pédestre à Champs-sur-Tarentaine/Marchal

La balade de Peyrou
Champs sur Tarentaine
9,5 km
2 h 45
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé : 220 m.
Au cours de cette balade, découvrez les hameaux de Peyrou puis d’Auzanges, après avoir traversé, à gué, le ruisseau de Cheylade.

Au parking de la piscine, emprunter la D679, en direction de Bort les Orgues puis bifurquer à gauche sur le chemin qui descend vers le moulin de Champalier...


Le bois de Cheylade
Champs sur Tarentaine/Lanobre
6,5 km
1 h 50
Difficulté : aisé en famille - balisage bleu
Dénivelé : 150 m.
Entre forêts et prairies, ce petit circuit vous permettra de découvrir les hauteurs de Champs.
Au parking de la piscine, emprunter la D679, en direction de Bort les Orgues puis bifurquer à droite sur la petite route qui monte vers Laschamps...


Le plateau de Fournols
Champs sur Tarentaine
7,5 km
2 h 15
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé : 180 m.
Au fil de vos pas, sur les plaines fertiles de Sarran, les inaccessibles gorges de la Rhue se dessinent de plus en plus nettes.

Au bord de la D679, au niveau de l’embranchement pour Montirin, suivre sur 400 m la route en direction de Sarran. Le circuit est accessible aux VTT mais il présente des montées très difficiles...
 


Le chemin des chats
Champs sur Tarentaine
11 km
3 h 15
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé : 340 m.
Entre Champs et la Bonnetie, découvrez le chemin des écoliers. Les artistes en herbe de l’Artense, dans un style naïf, ont décoré et coloré les bordures du sentier.

Place de la Fontaine, à Champs, prendre en direction de Fournols puis, après la dernière habitation, bifurquer à gauche, sur le petit sentier herbeux qui rejoint le village de vacances...


Autour de Mérigot
Champs sur Tarentaine
15 km
4 h 30
Difficulté : pour un public averti – balisage vert
Dénivelé : 120 m.
Entre forêts et prairies, le paysage témoigne à chaque instant des activités d’hier et d’aujourd’hui.
Le départ se fait du centre du hameau de Pérol, emprunter alors la large piste qui descend. Le circuit est accessible aux VTT mais il est difficile...


Au fil de l'eau
Champs sur Tarentaine/Marchal
11 km
3 h 15
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé : 270 m.
La balade s’étend du plateau de Pérol, qui domine Champs, aux gorges de la Tarentaine, cette rivière qui durant des siècles a animé les roues à aube de nos moulins.  

Du pont du Gondier, après le croisement entre la D49 et la D449, poursuivre la route en direction de Champs sur Tarentaine. Quitter la D49 en bifurquant à gauche, sur le petit sentier pierreux qui monte entre forêt et prairie...


Le moulin de Mazauriel
Champs sur Tarentaine/Marchal
4,2 km
1 h 15
Difficulté : aisé en famille - balisage bleu
Dénivelé : 160 m.
Une petite balade qui, de loin en loin, sur des entiers parfois étroits, vous entraîne vers les rives boisées de la Tarentaine.

De Marcha, prendre la D622, sur environ 4 km, en direction de Lanobre. Le point de départ se situe en bordure de la route menant au hameau de Mazauriel : s’engager alors sur le sentier...


La forêt de Gravière
Champs sur Tarentaine / Marchal
11 km
3 h 15
Difficulté : long mais aisé – balisage jaune
Dénivelé : 200 m.

Entre plateaux et vallées, l’eau et le temps ont, ici et là, façonné de curieux paysages. Les « Marmites de géants » au pont du Diable et les tourbières de la Pignole en sont certainement les témoignages les plus marquants.
Le départ du circuit se fait au hameau du Mas, suivre alors en montant la petite route en direction de la Rochette...


Le lac de Laroche
Champs sur Tarentaine / Trémouille
10 km
3 h
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé :260 m. Attention, itinéraire aux dénivelés importants : déconseillé aux personnes non entraînées.
D’anciennes « charreires » bordées de murets de pierres sèches vous conduisent au cœur de l’Artense, de la vallée de la Rhue au paysage parfois lunaire du plateau.
De la D679, à Embort, prendre la petite route vers les Hurquets pour rejoindre le point de départ du circuit qui se fait sur la piste de gauche (longue portion montante et caillouteuse)...


Histoire d’eau
Trémouille
6 km
1 h 46
Difficulté : aisé en famille - balisage bleu
Dénivelé : 60 m.
Les hauts de la Crégut vous offriront un magnifique panoramique dévoilant le Puy Mary, les Lacs et les Monts du Cantal.
Le départ du circuit se fait du parking du lac de la Crégut qui est le plus grand Lac naturel du Cantal mais aussi le plus vaste lac d’origine glaciaire du massif central...

Et aussi : l'ancienne voie romaine de la Bonnétie, qui reliait Clermont à Béziers.

A Champs, la randonnée ne se résume pas à la marche. Plusieurs centres d'équitation existent, et il est notamment possible de pratiquer le ski-joering.


Photos : nath-cantalou, antonio, Flickr, Champs-marchal.com


Dernière édition par Antonio le Mar 25 Aoû 2009 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Ven 10 Juil 2009 - 13:49

Trémouille

Le petit bourg de Trémouille est blotti au sud de l'Artense, entre le Lac de Lastioulles, les gorges de la Rhue et Condat. Il appartenait initialement au département du Puy-de-Dôme, tout comme Champs/Marchal. L'Eglise St Jean Baptiste de Trémouille est classée aux Monuments Historiques. Cet édifice gothique du XIVe siècle, bien conservé, fut construit par les moines de la Chaise-Dieu (Haute-Loire). Elle est dotée de contreforts et possède un clocher à peigne avec galerie de bois. Lors de la réfection du bâtiment en 1975, des peintures ont été mises à jour dans la voûte du chœur. Les fonds baptismaux et la Roue de Saint Martin sont également classés. Elle se distingue des églises des environs, par son plancher en bois de sapin chevillé. Elle peut se visiter toute la journée en période estivale.

Tout au long des chemins de la commune, on peut également apercevoir des fours à pains, croix et maisons en pierre de plus de 200 ans, très représentatives de l'habitat traditionnel de la Haute-Auvergne.

















Idée randonnée : la forêt de Trémouille

Trémouille
8,5 km
2 h 30
Difficulté : long mais aisé - balisage jaune
Dénivelé : 90 m.


Au détour d’un hêtre ou d’un épicéa plus que centenaire, peut-être aurez-vous la chance d’observer un sanglier, un chevreuil ou autres grands animaux. La discrétion est de rigueur !

Après avoir pris sur 200 m, du hameau de la Vidal, la route en direction du Coudert, prendre le départ du circuit 50 m après le relais de télévision...


>> Voir aussi : légendes de Trémouille



Photos : Antonio, Auvergne-photos
Sources : trémouille.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Ven 10 Juil 2009 - 13:51

Rendez-vous mercredi pour découvrir une nouvelle commune... Le Monteil.
Suivront Ydes et Saignes, au pays de la Sumène.
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Mer 15 Juil 2009 - 12:49

Le Monteil

Le village du Monteil appartient au canton de Saignes, que nous découvrirons prochainement. Cette commune a absorbé en 1903 celle de Chastel-Marlhac. Le site classé de l'ancien oppidum (fortification) de Marlhiacum (aujourd'hui Chasteil-Marlhac) est remarquable. Le site se trouve à cheval entre les communes du Monteil et de Vebret. Le plateau basaltique sur lequel est blottie Chastel-Marlhac mesure environ 1000 mètres de long pour 800 mètres de large, avec un front de prismes basaltiques d'enviton 25 à 30 mètres de haut et un lac (asséché) correspondant au site de Meroliacum décrit par Grégoire de Tours dans L'histoire des Francs :

« Ce lieu, fortifié par la nature, était assis sur un rocher taillé à pic; un escarpement de cent pieds et plus de haut en formait l'enceinte ; au milieu il y avait un grand lac d'eau limpide, très agréable à boire. De l'autre part sourdaient des sources assez abondantes pour former un cours d'eau vive qui s'échappait par la porte. La place était si vaste que ceux qui l'habitaient cultivaient la terre dans l'intérieur des murs et récoltaient des fruits en abondance. »

Thierry Ier (v.485-534), fils de Clovis, ne contrôla définitivement l'Auvergne qu'après la prise de Carlat en 508. Trois ans plus tard, après la mort de son père, il dût revenir dans le pays pour réprimer la révolte de deux chefs locaux : Basolus puis Arcadius. Il passe la Loire, franchit les Monts du Cantal et ne trouvera de résistance que devant le castrum de Meroliac où les chefs auvergnats se sont retranchés avec leurs trésors et une petite garnison de cinquante guerriers. Par la suite, on note l'existence d'une seigneurie de Marlat qui appartenait en 1654 à François de Douhet, lequel épousa Françoise de Guibal, dame du château de La Roche à Chastel-Marlhac. La famille du chancellier Louis de Marillac est originaire de Chastel-Marlhat.

Au IX° siècle, un monastère fut fondé pour accueillir les filles nobles de la région. Il dépendait de l'abbaye de Blesle. Le monastère fut détruit, paraît-il en 1792. L'église de Chastel, dédiée à Sainte-Madeleine, est un singulier mélange de style roman et de style gothique. Le porche et le clocher à peigne percé de trois ouïes sont romans. Une des cloches est datée de 1773. Les chapelles sont de style gothique. Ce sont peut-être les mêmes bâtisseurs qui adjoignirent les chapelles à l'église de Vebret, au lendemain de la Commune. Le 21 juin 1871, eut lieu à Chastel, les obsèques de l'Abbé Sabatier, originaire de la paroisse, vicaire de Notre-dame- de- Lorette, à Paris, fusillé à Belleville le 26 mai à l'âge de 51 ans.
La paroisse de Chastel a vu naître au 17° siècle, Louise de Marillac, co-fondatrice avec Saint-Vincent de Paul des filles de la charité. Elle a été béatifiée en 1920 par Benoît XV, canonisée en 1934 par Pie XI et déclarée en 1960 par Jean XXIII, patronne de tous ceux qui s’adonnent aux oeuvres sociales chrétiennes.

Mis à part le bourg de Chastel-Marlhac (oppidum gaulois, puis place forte romaine : Castrum Meroliacum, Eglise Saint-Victor-et-Sainte-Madeleine 12e/15e classée à l'inventaire des Monuments Historiques), la commune du Monteil offre un beau patrimoine historique et architectural : vestiges gallo-romains à Jalaniac et Auteroche, tombes à Bellières et Bournioux, ruines d'un château du 16e siècle à Chastanat, ainsi que la remarquable église paroissiale Sainte-Croix d'origine romane, dont le clocher et la façade ont été repris au 19e siècle. Enfin, pour être très complet, plusieurs croix de pierre et une fontaine réputée miraculeuse à Saint-Victor complètent ce petit patrimoine bien caractéristique de la Haute-Auvergne.










>> Trois sentiers de randonnée au Monteil


photos : histoire-locale.chez-alice.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Jeu 16 Juil 2009 - 12:12

Ydes










Ydes, Commune Industrielle, est située au Nord-Ouest Cantal, aux confins de la Corrèze et du Puy de Dôme au coeur du Massif Central. Idéalement positionnée sur l'axe Aurillac/Clermont-Ferrand, Ydes est à moins d'une demi-heure de l'autoroute A89 qui relie Lyon à Bordeaux. Avec ses 2200 habitants, Ydes constitue une véritable petite ville à la campagne et revendique fièrement son titre de deuxième pôle industriel du département.

Ydes est le berceau de l'entreprise Lapeyre qui avec ses 450 ouvriers et cadres est devenue au plan national leader dans son secteur d'activités (portes, fenêtres, escaliers, éléments de cuisine, ...).

Ydes possède également la principale usine de la société SACATEC qui fabrique du caoutchouc moulé et travaille pour Michelin, la SNCF, l'armée mais également fournit des vessies pour la fusée Ariane. SACATEC se singularise ainsi par sa haute technologie. D'autres entreprises très performantes se sont également implantées à Ydes au cours de la dernière décennie attirées par la qualité exceptionnelle du personnel, son dynamisme, son état d'esprit. Autant de qualités reconnues et appréciées des employeurs. On trouve ainsi un atelier de maroquinerie de luxe, des artisans salaisonniers, bouchers, boulangers dont la réputation a largement dépassé les limites communales.


Toponymie

Quelle dénomination singulière pour une commune direz-vous ? Mais que vient donc faire Ydes dans une région où la toponymie fait la part belle aux bourgades se terminant par "ac" ?

N'oubliez pas cher visiteur que vous êtes ici en terre occitane et qu'il fut courant d'appeler, dès l'époque gallo-romaine, les lieux habités du nom des personnages romains y ayant élu résidence ajoutés du suffixe "ac". Ici, point de "Ydac" donc.

Autrefois dénommée Hisdes ou Isdes, notre commune, dont les premières traces semblent effectivement remonter au début de notre ère, trouverait pour certains son origine étymologique dans le mot latin idus, qui lui-même dériverait de l'étrusque iduare signifiant partager, diviser.

Il est vrai que la situation d'Ydes, à la limite de l'ancienne terre des arvernes et de celle des lémovices, elles-mêmes séparées par la Dordogne toute proche, s'accorderait volontiers d'une telle explication.

Néanmoins, il est plus couramment admis que le nom d'Ydes proviendrait du préfixe grec hydro qui signifie eau. Car, Ydes est en effet une authentique ville d'eaux, son berceau historique, Ydes bourg, étant alimenté par trois sources dont les propriétés sont, parait-il, bénéfiques pour la santé... Hélas, leurs trop faibles débits ne permettent pas encore aujourd'hui d'en faire profiter le plus grand nombre.

Cependant, le nom d'Ydes demeure...
Et fait toujours exception dans le paysage topographique du Cantal...





Histoire

Les premières origines témoignant de l'empreinte de l'homme semblent difficiles à dater. Néanmoins, on peut estimer avec certitude qu'Ydes fut au carrefour d'une voie romaine d'importance non négligeable puisque celle-ci, partant de Clermont, donnait lieu dans la plaine de Vic à une bifurcation conduisant soit vers le pays des Lémovices (l'actuel Limousin), soit vers le pays des ruthènes plus au sud (soit le Midi actuel).

Quelques modestes fouilles archéologiques attestent de l'implantation de la civilisation gallo-romaine aux environs du bourg originel d'Ydes telles les fondations d'un véritable petit établissement de bains romains. Pourtant, l'on peut considérer à bon droit qu'Ydes fut le siège d'une active station gallo-romaine.

Grégoire de Tours rapporte la disparition de la civilisation gallo-romaine dans la région à l'invasion de la Haute Auvergne par Thierry, le fils de Clovis. La dispersion des traces de cette heureuse période semble toutefois coïncider avec le sixième siècle de notre ère.

Le XIIe siècle voit la renaissance d'Ydes avec l'établissement d'une commanderie de l'Ordre des Templiers, dont ne subsiste aujourd'hui que l'église, " aux proportions, à la beauté et à la variété des sculptures qui en font la plus intéressante de l'évêché de Saint-Flour " (Louis de Ribier). L'église passa en 1315 sous l'autorité des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, plus connus sous le nom d'Ordre de Malte. Demeurée en excellent état, elle reste un passage obligé pour tout admirateur de l'art roman, étant l'une de ses plus illustres représentantes en Auvergne. Le bourg d'Ydes demeura ainsi longtemps un village rural, protégé par l'ombre tutélaire de la Tour du Châtelet, achevée en 1448.

Après plusieurs siècles de torpeur, l'histoire communale connut une brusque accélération avec la première révolution industrielle et la découverte concomitante de charbon, qui, s'il était exploité initialement de façon artisanale par quelques " gratteurs de houille ", exigea rapidement une main d'œuvre nombreuse et laborieuse et ce, dès la fin du XIXème siècle. Ce développement considérable de l'activité industrielle locale eut pour effet de transformer radicalement le site de " L'Hôpital " en une bourgade animée et commerçante, supplantant bien vite le berceau de la commune qui prit le nom d'Ydes bourg. Hélas, l'aventure allait durer moins d'un siècle, la médiocre qualité du charbon extrait ainsi que l'avènement de l'ère du pétrole sonnant le glas du bassin houiller dès 1959. Forte d'un dynamisme économique insufflé par quelques hommes de talent, Ydes allait négocier avec audace et confiance le tournant qui lui était imposé. Ceci fait qu'aujourd'hui encore, si Ydes-Bourg demeure le cœur de notre commune sur le plan historique et patrimonial, " L'Hôpital ", devenu à présent Ydes-Centre, arbore fièrement le titre de deuxième pôle industriel du Cantal avec l'ambition de développer toujours davantage les services offerts à ses habitants.





Patrimoine

Arrow Eglise romane Saint-Georges à Ydes-Bourg, datant du XIIe siècle. Style Roman "Haute-Auvergne". Elle est classée monument historique depuis 1862.
Arrow Pendant plusieurs décénnies, Ydes n'a possedé que l'église Saint-Georges. Mais devant l'accroissement de la population une chapelle a été construire à Ydes-Centre à la fin du XIXe siècle.
Arrow L'église Sainte-Jeanne d'Arc a ensuite été construite au début du XXe siècle.
Arrow Le Château du Châtelet, chateau fort situé à Montfouilloux.
Arrow La cité ouvrière de Fanostre, construite par la Société des Mines de Champagnac.

Le trésor d'art sacré du Pays Sumène Artense est installé dans l'ancienne sacristie de l'église d'Ydes-Bourg. Les églises du Haut-Cantal, si modestes soient-elles, renferment des objets cultuels de l'ancienne liturgie, d'une grande beauté. Bien souvent, ces objets non utilisés dorment dans des placards de la sacristie ou dans des coffres des banques locales à l'abri des casseurs ; malheureusement sans profit pour la notoriété et la connaissance de notre patrimoine. C'est pourquoi les maires des 12 communes du canton de Saignes (Antignac, Bassignac, Champagnac, Madic, La Monsélie, Le Monteil, Saignes, Saint-Pierre, Sauvat, Vebret, Veyrières, Ydes) ont accepté de confier leurs richesses à la "Salle du Trésor" d'Ydes-Bourg sous forme de prêt. Tout comme plusieurs communes du nord cantal, Ydes fut le siège d'une commanderie templière appartenant à la Langue d'Auvergne de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. L'insigne de l'Ordre des Templiers peut d'ailleurs être observé à l'intérieur de l'église d'Ydes Bourg.

L'édification de l'église paroissiale par des Templiers, moines soldats, a précédé de trente ans environ l'annexion de l'Auvergne à la France par Philippe-Auguste en 1189, après qu'il eut fait la paix avec Richard Coeur de Lion et se fut retourné contre le Dauphin d'Auvergne à qui il reprochait d'avoir joué un double jeu entre le Roi de France et celui d'Angleterre.
L'Église Saint-Georges a une longueur totale dans l' oeuvre de 28,70 m ; la largeur de la nef est de 6,70 m. Elle fut quelque peu remaniée au cours des siècles. Ainsi, sa voûte s'étant effondrée en 1680, elle fut reconstruite. L'édifice primitif se vit également doté, plus tardivement de chapelles latérales. Elle a cependant gardé dans l'ensemble ses caractères d'origine, et elle compte parmi les plus beaux ensembles et les plus originaux de la Haute-Auvergne.

Le pays renferme de nombreux tumulus ; quelques-uns ont été fouillés, et l'on y a découvert un poignard antique, des cendres, des vases, des médailles de la colonie de Nîmes, des débris de poterie noire, rouge et grise ; de la poterie dorée provenant d'urnes cinéraires brisées... Au domaine de Vic, situé à peu de distance, au nord du chef-lieu, on retrouve... des débris d'antiquités gallo-romaines, principalement de la poterie rouge ouvrée et à dessins variés, représentant des divinités de la Fable, des animaux de diverses espèces, des chasses, etc... Il s'y trouve aussi des "fondations d'édifices, et des débris qui semblent attester l'existence en lieu ce lieu d'un ancien cimetière". A Montfouilloux, à l'est et près du bourg on a découvert des restes de constructions romaines ; une lionne-fontaine lançant l'eau par la gueule, des médailles des empereurs et les vestiges d'une habitation dont les murs intérieurs étaient décorés de peintures à fresque, à couleurs très vives.

Une rue d'Ydes porte le nom de rue des Bagneyres, et le pré où se situaient les thermes est aujourd'hui encore dit Pra di Bagneyras. Pour y accéder il faut prendre, sur cent mètres, le petit chemin à droite du chevet de l'église et passer devant le presbytère désaffecté. En 1822, J.B. de Ribier du Châtelet a découvert dans ce pré de nombreux silex, des médailles et divers objets. Il put surtout y lever les plans des fondations d'un véritable établissement de bains romains. Ces thermes étaient constitués de cinq chambres pavées de ciment blanc qui formaient autant de piscines. Il y existait un système de chauffage du type hypocauste. Celui-ci était composé de 27 piliers de 0,70 m de haut et espacés les uns des autres de 0,33 m. Ils supportaient une chape en ciment de 0,20 m d'épaisseur. Un canal recouvert de chaux fondue reliant le petit ruisseau d'Ydes aux bains assurait l'alimentation en eau. Il y a là la preuve certaine d'un peuplement gallo-romain relativement important et vivant. Aujourd'hui on ne voit plus dans le pré, émergeant du gazon, que quelques vestiges d'une épaisse muraille de briques et de piertes. Mais on sait au surplus que des canalisations en plomb traversent toujours les jardins environnants.

D'autres fouilles ont permis de découvrir, sur le territoire de la commune, un tronçon de voie romaine. Ydes se trouvait en effet sur le tracé majeur qui, partant de Clermont, aboutissait à Rodez (Sejodunum) en passant par le Mont-Dore, La Bourboule, Mauriac et Aurillac. Une borne miliaire dédiée à l'empereur Postumus, que le hasard a fait déterrer en 1885 entre La Gorce et Largnac, est venue confirmer l'existence de cette voie. (La borne mesure 1,67 m sur 0,44 m). Ce vestige, ainsi que la lionne de Montfouilloux déjà citée, sont visibles dans la chapelle du château de Val (commune cantalienne de Lanobre) dont la ville de Bort-les-Orgues est propriétaire. Des démarches sont entreprises en vue de la restitution de ces biens précieux appartenant à Ydes.

Le XIXème siècle est pour la France (et l'Europe) l'âge de la révolution industrielle. Le charbon et le chemin de fer en furent les outils et les symboles. Le bassin d'Ydes-Champagnac fut dans le Cantal, la seule région concernée par ce phénomène, qui bouleversa le pays de la Sumène à partir de 1875. Ainsi, plusieurs galeries minières furent percées. Les mines de Vendes et Champagnac (Bois de Lempre) ont ete fermées en 1959. Jusqu'aux années 70/80, Ydes avait la particularité de posseder trois gares SNCF à proximité. La gare de Saignes, la gare de Champagnac-les-Mines et la gare de Largnac. Depuis les lignes ont été fermées.




Pour tout savoir sur l'histoire et le patrimoine d'Ydes, rendez-vous sur ydes.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Ven 17 Juil 2009 - 19:08

Saignes

Le nom de Saignes, malgré sa similitude avec le mot marais "sagnes" pourrait aussi désigner la "saignée" trouée par laquelle on pénètre les monts du Cantal. Comme de nombreux villages du Moyen-Age, c'est grâce à sa situation géographique privilégiée, à l'articulation de la plaine et de la montagne, que le bourg de SAIGNES a vu le jour, probablement à l'époque gallo-romaine. L’existence du premier comtour de Saignes apparaît avec Odon 1er de Saignes en 1187. Sur un inventaire notarial dressé le 27 Juillet 1288 à Clermont-Ferrand, figure le château et la chatellerie de Saignes. Le château de Saignes, dont il existe encore un tronçon de tour ronde, occupait au Moyen Age toute la crête du rocher basaltique autour duquel était groupée la cité. Sur le rocher dominant le bourg, s’élève encore l’ancienne chapelle du château. Ce château existait encore lors du dénombrement du 27 janvier 1783. C’est Joachim de Chabannes qui fit élever sur la place de l’Eglise la maison seigneuriale pour remplacer l’ancien château.





Aujourd'hui, le bourg de Saignes a toujours la position de chef-lieu ; il couvre un canton de douze communes dont onze d’entre-elles ont constitué la Communauté de Communes Sumène-Artense avec deux autres communes du canton de Champs-sur-Tarentaine. Le relief de Saignes permet d’y découvrir des paysages exceptionnels ce qui en fait une commune très agréable, plus particulièrement sous le soleil de l'été.





La place de l'église

A la fois lieu de vie, de rencontres et de cérémonies, la place de l'église a su conserver son caractère d'authenticité. On y remarquera notamment la fontaine ancienne, une maison avec tour sculptée à l'italienne, une seconde maison avec tour et porte monumentale de style Renaissance Henri II, ainsi que ce qui fut à l'origine un couvent, converti en 1880 en école libre.





L'église Sainte-Croix (XIIe s.)

L'église paroissiale de Sainte Croix a été bâtie au milieu du XII ème siècle, de même que la chapelle Notre Dame du Château. A l'extérieur, on remarquera les chapiteaux encadrant les fenêtres du choeur et les corbeaux qui soutiennent la corniche, tous de facture très fine. A l'intérieur, sont à signaler les arcs triomphaux qui séparent le sanctuaire, le choeur et la nef et aussi les chapiteaux très habilement sculptés. L’Eglise de Saignes a été classée au nombre des monuments historiques par arrêté ministériel du 17 août 1921 ainsi que la Chapelle Notre Dame du Château.





La Chapelle Notre-Dame du Chateau

De son piton rocheux, la Chapelle Notre Dame du Château semble encore veiller sur le bourg. Classé monument historique, cet édifice du XIIème siècle était en effet à l'origine inclus dans un système de défense dont il ne subsiste plus qu'un pan de mur. De la terrasse, la vue s'étend sur la vallée de la Sumène, la plaine de Vic, les Orgues et le Puy de Bort.





Ruines du château de Saignes




Chapelle Notre-Dame du Chateau




Place de l'église




Randonner à Saignes

6 km
1 h 45
Difficulté :aisé en famille- balisage bleu
Dénivelé : 225 m.

Ce circuit emprunte pour partie le sentier de découverte ethnobotanique crée par l’ONF, offrant ainsi un bel échantillon des arbres de notre région. De la place de la Poste de Saignes, prendre la direction du Monteil sur 2km puis bifurquer à droite vers Milhac. Le départ se situe au dessus du four à pain...



Sources : sumene-artense.com, saignes-mairie.fr
Photos : saignes-mairie.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Sam 18 Juil 2009 - 12:06

Saint-Martin-Cantalès

Saint-Martin, évèque de Tours et patron de la Gaule, fit triompher le christianisme en organisant les paroisses rurales et les monsatères. Ce n'est donc pas étonnant que de nombreuses églises cantaliennes portent son nom, tout comme plusieurs bourgs (Saint Martin-Cantalès, Saint Martin-sous-Vigouroux, Saint-Martin Valmeroux...). Toute la région semble placée sous la protection du saint évangélisateur des Gaules.













Le Pont du Rouffet, habituellement submergé par les eaux du barrage d'Enchanet (lac de Saint-Etienne-Cantalès)





Saint-Martin-Cantalès, entre les gorges de la Maronne et de la Bertrande, repose sur un sol schisteux partiellement recouvert d'une coulée volcanique. L'activité y est exclusivement agricole : élevage (production de viande et de lait). Elle a porté le nom de Gilbert Cantalès, sous la Révolution française, et celui de Saint Martin Cantaleix.

L'église romane St Martin est le témoin et le fruit d'une période de calme et de prospérité qui au XI° siècle voit la population se grouper dans le bourg actuel. Les luttes incessantes et meurtrières entre les seigneurs locaux disparaissent grâce aux croisades qui exportent au loin les énergies destructrices, en même temps le joug à bœufs, l'araire et la technique des moulins à eau apparaissent et apportent aux cultures des rendements multipliés par 2 ou 3, les famines disparaissent, la mortalité diminue, la population s'acroît. Le clergé, en l'absence des seigneurs, prend une place prépondérante et contribue à un adoucissement des mœurs. Comme pour la plupart des édifices du Roman auvergnat aucun élément fiable permet de dater la construction exacte de l'église. On peut seulement dire qu'elle est le fruit d'une folle période d'amour de la pierre située au XII° siècle où toutes les églises du mauriacois sont simultanément édifiées. Période des croisades (c'est de Clermont qu'en 1095 le pape Urbain II lançe la première croisade) et de toute puissance du clergé. Maçons, tailleurs de pierres, sculpteurs, charpentiers, carriers, convoyeurs, simples paroissiens animent le pays d'une intense activité qui donne à l'archiprêtré de Mauriac la plus forte densité régionale d'églises romanes. A l'origine elle ne comportait qu'une nef et un chœur. La nef qui n'a certainement jamais eu de voûte devait être couverte de chaume. Technique d'attente qui, comme dans plusieurs autres édifices(Salers...), perdura faute de moyens. (Cette technique fut également employée ailleurs pour suppléer à des effondrements de voûtes trop rapidement exécutées ou bâties avec des matériaux inapropriés.) En 1522 sous la baronnie de Laurent de Médicis et Madeleine de La Tour d'Auvergne (François 1er étant roi de France) sont édifiées les chapelles latérales. En 1793 le clocher est détruit sur ordre de l'Assemblée des Représentants. Il est reconstruit en 1805. Le porche (classé à l'IMH) est un témoin précieux de ce qui existait dans plusieurs autres églises de Haute Auvergne, où il a généralement disparu à cause de la légèreté générale de construction. Ce porche était apprécié les jours de mauvais temps par les paroissiens, venus souvent de très loin, qui s'y abritaient pour échanger leurs papotages avant ou après l'office; il protégeait également l'échange des anneaux par les mariés qui, jusqu'en 1614, se déroulait "in facie ecclesiae" en présence de témoins mais souvent sans le prêtre. La Parochia Saint Martinuï (vous traduirez facilement !) fut occupée par les anglais durant la guerre de Cent Ans (1338-1458). Ils construisent plusieurs maisons à Chablat et Espont. Le pont noyé du Rouffet est certainement leur œuvre.

Le carillon de St Martin fut très longtemps célèbre. Le dictionnaire du Cantal en fait mention. Les quatre cloches fondues à Rodez sont mises en place en 1884 en remplacement de celles détruites en 1790 sur ordre de l'assemblée des représentants réunie à Aurillac.

Le Manoir, grosse demeure auvergnate du XVIIIe siècle (1770-1780 ?) est située dans un parc surplombant les gorges de la Maronne. Construit sous Louis XVI par François Lapeyre procureur à Aurillac sur l'emplacement du Château du Bac que venait de racheter son père Maître Pierre Lapeyre, notaire à Saint-Cirgues de Malbert, aux héritiers de Marguerite Pradel (famille de Barriac) et dont il fit raser les ruines. Le Manoir est resté propriété de la même famille pendant plus d'un siècle, jusqu'à sa vente par Anne Marie Delzons Portalès en 1932 à l'abbé Arthur de la Roncière, vicaire à Paris, qui en fit une maison de repos. La sécurité sociale catholique, nouveau propriétaire, installa avant la guerre un centre de jeunesse puis à la libération un groupe de sœurs qui œuvra pour les malades du village avant que le Manoir soit cédé dans les années 60 à l'actuel propriétaire Monsieur Fialeix Pierre.


Textes : Wikipédia, Antonio
Images : Cantalpassion, Picasa
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Dim 19 Juil 2009 - 11:39

Sainte-Eulalie

















Sainte-Eulalie appartient au canton de Pleaux et à l'arrondissement de Mauriac. Bercée par la Maronne, à l'aval de Saint-Martin-Valmeroux, Sainte-Eulalie occupe une position charnière entre la Xaintrie et les Monts du cantal. Fin de la Haute-Maronne et début de la basse-Maronne, elle offre de magnifiques paysages, par exemple au "Suc" de Drom (828 m point le plus haut de la commune et du canton de Plèaux) avec vues imprenables sur les Monts du Cantal et le Puy de Sancy.

De nature agricole, elle est composée d'une multitude de hameaux. Depuis quelques années, des artisans d'art trés renommés apportent une diversification certaine (Daniela Schlagenhauf, céramiste...). Des artisans, une auberge, des gîtes ou chambres d'hôtes favorisent l'accueil de visiteurs.

Pour le patrimoine bâti, à visiter, l'église, citée dans la Charte de Clovis, rebâtie en 1860 suite à un ouragan. La châsse du XIII siècle en cuivre doré, émail et cristal a trouvé refuge à Pléaux.

Les associations, dynamiques, proposent des animations aussi variées que conviviales.

Par une action volontariste au niveau du foncier (achat de terrain et adoption d'un PLU), la Commune permet d'accueillir de nouvelles populations.

Sources : Communauté de communes du Pays de Salers
Crédits photos : Cantalpassion
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Cantalou_94
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Gémeaux Nombre de messages : 3244
Age : 34
Localisation : 93
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 20 Juil 2009 - 11:11

Ydes, c'est hideux...
Saignes, c'est sanglant...
Saint-Martin-Cantalès, c'est quand Martin va à Alès...
Sainte-Eulalie, c'est lalalie...

Quels jeux de mots bien pourris !!!
lol!







Continue Mister Com, c'est vraiment du bon boulot !!!
Revenir en haut Aller en bas
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 20 Juil 2009 - 11:15

Dic donc t'as mangé un clown au ptit dej Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
mic
Admin
Admin
avatar

Masculin
Scorpion Nombre de messages : 15903
Age : 31
Localisation : Allanche
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 20 Juil 2009 - 11:46

@Cantalou_94 a écrit:
Ydes, c'est hideux...
Saignes, c'est sanglant...
Saint-Martin-Cantalès, c'est quand Martin va à Alès...
Sainte-Eulalie, c'est lalalie...

Quels jeux de mots bien pourris !!!
lol!

faut que tu parte de la région parisienne car ça ne va plus. ça doit etre l'air qui fait ça lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cantal-leforum.com En ligne
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Lun 20 Juil 2009 - 12:22

Le Falgoux

Le village du Falgoux est situé au pied du Puy-Mary et est entouré de 3 cols accessibles par la route : le col du Pas de Peyrol (1 588 m, direction Le Claux/Dienne/Aurillac), le col de Néronne (1 241 m, direction Salers) et le col d'Aulac (1 212 m, direction Trizac). C'est le point de départ de nombreuses randonnées (dont notamment le GR400) dans une nature sauvage où il n'est pas rare d'apercevoir chevreuils, chamois... Le haut de la vallée, appelé « Cirque du Falgoux », est surplombé par de majestueux rochers : la « Roche Taillade » (1 608 m), le « Roc d'Auzières » (1 614 m), le « Roc des Ombres » ( 1 645 m) ou encore le « Roc du Merle » (1 347 m). La vallée du Falgoux abrite le Mars, qui prend sa source à 1 500 m d'altitude dans les entrailles du Puy-Mary. Différents hameaux entourent le village et composent la commune : Le Tahoul, La Chaze, La Franconèche, Le Cher Soubro, Fontolive (où l'on peut visiter l'atelier de Gilma !), Le Vizet, La Peubrelie, La Maréthie.





Autrefois, la terre du Falgoux était dépendante de celle du Vaulmier et appartenait à la maison d'Apchon, mais ses habitants avaient traité de leurs franchises avec cette maison à différentes époques et notamment en 1295 et 1302. Aux termes de ces transactions, dont les actes sont restés, leurs consuls avaient droit de porter robes et chaperons et de chasser librement, avec obligation toutefois de remettre au seigneur la hure (préparation cuite constituée de foie en gelée avec une farce,
enveloppée dans une couenne) du sanglier, la patte de l'ours, le rable et le bois de cerf et du chevreuil et de veiller soigneusement à la conservation des aires d'oiseaux de chasse noble et ce dans toute la forêt et particulièrement au Puy de la Tourte. Dans sa transaction du mardi après la fête de St Hilaire en 1282, Guillaume Comtour, seigneur d'Apchon, abandonne à l'évêque de Clermont tous ses droits sur le Valrut et se réserve seulement ce qui est entre la rivière de Cheylade et de St Hippolyte. L'évêque, de son côté, fait abandon au seigneur d'Apchon des droits qu'il a sur le Falgos(Falgoux). Guilaume Comtour reconnaît tenir en fief de l'évêque, le château d'Apchon et ses appartenances, Le Valmayrs (Le Vaulmier) et ses appartenances ainsi que le Falgoux et ses appartenances.





La tradition rapporte que le sanctuaire primitif du Falgoux s'élevait au lieu de Nerestang dans la paroisse, et que Hugues de Nerestang, qui en était prieur en 1131, signa la donation que l'évêque de Clermont fit du prieuré de ce lieu aux
Moines bénédictins de Mauriac. L'église fut transférée au bourg vers le XIIe siècle, d'abort restreinte au chœur et à l'abside, elle subit deux prolongements successifs qui constituèrent la nef avec chapelles latérales et enfin un clocher à
peigne fût construit en 1831 et remplacé 30 ans plus tard.Jusque vers le milieu du XIXe siècle le bourg était appelé par les habitants « l'église ». Ce lieu saint fût détruit au début du XXe siècle, la nouvelle église construite de 1903 à 1905, d'allure néogothique, ayant la forme d'une croix latine, fut l'objet de polémiques du fait de son orientation qui ne tient pas compte des prescriptions canoniques. Son financement fût possible grâce à : 61000 Frs donnés par la commune, 8000 Frs donnés par l'état et 22000 Frs par les habitants dans le cadre d'une souscription. Le site de l'ancienne église est aujourd'hui occupé par la mairie et la poste.



Dans l'église paroissiale Saint-Germain, une cloche de bronze est classée monument historique : elle date de 1493.


































BONUS
>>Faune du Cantal
>>Flore du Cantal


Sources : falgoux.chez.com, cantalpassion.com
Images : flickr.com, cantalpassion.com, falgoux.chez.com
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17671
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Mar 21 Juil 2009 - 12:22

Saint-Martin-Valmeroux



A l'ouest du Cantal, entre Mauriac et Aurillac, Saint-Martin-Valmeroux est blotti dans le cadre verdoyant de la Maronne, entre Dordogne et Puy Mary. Elle possède une des plus jolies places de Haute-Auvergne. On peut y admirer de vieilles maisons à tourelles, une halle aux grains sur piliers comprenant encore une ancienne mesure à grains taillée dans la pierre, une église du XVe siècle dont subsiste le clocher du XIIeme. Du XIIIe au XVIIe siècle, la ville fut le siège du bailliage des Hautes Montagnes d'Auvergne, avant que celle-ci n'échoie ensuite à Salers, sa voisine. Le château de Crèvecoeur, ruiné aujourd'hui, servait de prison où étaient enfermés les condamnés avant d'être exécutés au "Roc des pendus" tout proche. Dès le début du XXe siècle, St Martin Valmeroux fut un centre de ganterie de luxe. La ganterie fondée en 1894 par Jean-Marie Chanut prospéra durant de nombreuses années et exporta alors des gants de luxe jusqu'aux Etats-Unis, notamment à Hollywood. Aujourd'hui en lieu et place de la maison originelle, siège l'entreprise Aris-Isotoner qui stocke, conditionne et commercialise gants, parapluies, ballerines.





Curiosités

Arrow L'église du XVe siècle construite sur un édifice plus ancien dont subsiste le clocher du XIIeme. ("tireur d'épines" au dessus-du porche ; tableau St Martin à l'intérieur)

Arrow La Halle aux grains, édifiée en 1838. Dans le mur de soubassement est enchâssée une très ancienne pierre-mesure

Arrow La fontaine construite en 1921

Arrow Le monument au Morts sculpté par Fix Masseau

Arrow Les Barriades, alignement de petites maisons typiques très anciennes

Arrow Les maisons à tourelles qui enorgueillissent la place et la rue du Baillage

Arrow La Croix Jalenques, Belvédère

Arrow Le Château de St Pôl à Nozières

Arrow Château de Crèvecœur (Auvergne), château royal, siège du bailliage de Haute-Auvergne entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

Arrow Château de Bezou, cédé par la famille del Peuch au Sieur Marion, puis aux Saint-Martial, seigneurs de Drugeac, comme coseigneurs de Saint-Martin, qui le conservent jusqu'en 1765, date à laquelle le Puech est acheté par le Sieur André de La Ronade, qui est déclaré émigré pendant la Révolution, tandis que sa mère âgée est arrêtée. Le domaine est saisi et vendu comme bien national.

Arrow La fontaine minérale





Sources : saint-martin-valmeroux.fr, wikipedia.fr
Images : panoramio, villagesdefrance.free.fr, wikipedia.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
Cantalou_94
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Gémeaux Nombre de messages : 3244
Age : 34
Localisation : 93
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   Mer 22 Juil 2009 - 10:00

@Antonio a écrit:
Dic donc t'as mangé un clown au ptit dej Laughing
Peut être bien Wink

@mic a écrit:
@Cantalou_94 a écrit:
Ydes, c'est hideux...
Saignes, c'est sanglant...
Saint-Martin-Cantalès, c'est quand Martin va à Alès...
Sainte-Eulalie, c'est lalalie...

Quels jeux de mots bien pourris !!!
lol!
faut que tu parte de la région parisienne car ça ne va plus. ça doit etre l'air qui fait ça lol!
C'est bien pour ça que j'ai hâte d'être en vacances pour retourner dans le Cantal !!!
Very Happy

J'en ai un autre Wink
Au Falgoux faut du goût !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour du Cantal 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour du Cantal 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tour du Cantal 2009
» Fort engouement autour du Tour du Cantal pédestre
» Près de sept millions de visiteurs chaque année à la tour Eiffel
» Cantal-annuaire
» L'Etape du Tour : ouverture des inscriptions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cantal, le forum :: Cantal :: -
Sauter vers: