AccueilPortailPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un Nostradamus dans le Cantal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antonio
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Capricorne Nombre de messages : 17574
Age : 28
Localisation : Challans (85), Nantes (44), Riom-ès-Montagnes
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Un Nostradamus dans le Cantal   Ven 18 Juin 2010 - 11:45

Au cours du XIVe siècle, le moine franciscain Jean de Roquetaillade aurait prophétisé plusieurs bouleversements historiques dans ses livres.


Ses visions le réveillaient la nuit. Elles pouvaient même le transporter ailleurs, dans un pays lointain. Sitôt terminées, il les couchait sur le papier et noircissait des pages et des pages frénétiquement. Elles ont fait de lui un prophète pour la postérité.

Curieux personnage que ce Jean de Roquetaillade. Il naît à Marcolès vers 1310 et se destine à une vie de moine franciscain, pauvre et austère.


Antéchrist

Après des études à Toulouse, il rejoint le couvent d'Aurillac en 1340. C'est là que ses premières révélations le secouent. Une nuit, il se retrouve propulsé... en Chine, dans l'entourage de l'Empereur. Il aperçoit alors un mystérieux petit garçon qui, selon lui, ne peut être que l'antéchrist. C'est-à-dire l'être qui tentera de se substituer à Jésus et amènera la fin du monde, comme il est dit dans la Bible. Cet enfant reviendra le hanter toute sa vie. Et la fin du monde deviendra son idée fixe. A tel point qu'il s'intéressera à l'alchimie pour créer ce qu'il estimait indispensable à la survie du monde : l'or (pour payer les soldats) et les médicaments.

Son obsession à prédire l'apocalypse et, par la même occasion, la crise de l'Église le mène rapidement en prison. Jusqu'à sa vieillesse, il croupira dans une dizaine de cellules, de Brive à Avignon, parfois dans des conditions atroces, assis dans ses propres excréments. Et c'est derrière les barreaux que ses prophéties deviendront plus justes.

En 1346, tandis que la guerre de cent ans oppose la France à l'Angleterre, il voit poindre une défaite militaire de son pays. Trois mois plus tard, la France perd la bataille de Poitiers.

En 1356, dans un pavé de 600 pages rédigé en trois mois, Liber Ostensor (le livre qui montre), il prédit la mort proche du Pape corrézien, Innocent VI, pourtant en bonne santé. Trois ans plus tard, sa Sainteté rend l'âme.

Sa réputation de visionnaire attire alors les cardinaux qui viennent le voir en cachette dans son cachot pour connaître leur avenir.


Inquisition

Mais c'est après sa mort que sa prédiction la plus déroutante se réalise. Toujours dans Liber Ostensor, il annonce que l'Église va traverser une crise si grave qu'elle aura deux Papes à sa tête, dans la seconde moitié du XIVe siècle. Chose impensable pour le commun des mortels à l'époque. Et pourtant... En 1378, l'Occident est bouleversé par le grand Schisme qui voit les catholiques se diviser entre deux papes, l'un en Avignon, l'autre à Rome.

Au fil des siècles, en relisant ses écrits, on lui attribue d'autres prophéties plus floues : la Révolution, la Réforme, la peste...

Mais pour l'historien Sylvain Piron, Jean de Roquetaillade n'était pas doué d'un sixième sens. « C'était plutôt un excellent analyste politique. Par son parcours géographique (né en Auvergne, étudiant à Toulouse), et sa maîtrise de l'occitan, il était bien placé pour comprendre les jeux d'influence au sein de l'Église ».

L'intéressé refusait d'ailleurs d'être qualifié de prophète, assurant qu'il était surtout l'interprète de textes anciens. Mais comme le souligne un autre historien, André Vauchez, « c'était peut-être un moyen d'échapper à l'Inquisition ». Il y aura échappé. Il est mort de maladie en 1366, année où l'antéchrist devait prendre le pouvoir selon lui...


Thibaut SOLANO

Retrouvez la rubrique "Mystère ou canular" le dimanche dans toutes les éditions de La Montagne.
Revenir en haut Aller en bas
http://enpaysgentiane.kazeo.com
gilma
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Lion Nombre de messages : 3438
Age : 75
Localisation : .le falgoux cantal
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Un Nostradamus dans le Cantal   Ven 18 Juin 2010 - 12:27

moi aussi.......................
je peut predire l'avenir........................

demain.......................
s'il ne pleut pas.............................
y fera pt'etre beau.................................

rosée du matin.........................
pose pas ton cul dans le foin,
Revenir en haut Aller en bas
http://gilma.forumactif.com/f4-photos-divers
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un Nostradamus dans le Cantal   Ven 18 Juin 2010 - 12:55

Moi aussi alors .....
Année de foin...année de rien..
et puis pour terminer..... les foutebaleux de mes deux vont revenir chez eux...
Revenir en haut Aller en bas
gilma
cantal vieux
cantal vieux
avatar

Masculin
Lion Nombre de messages : 3438
Age : 75
Localisation : .le falgoux cantal
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Un Nostradamus dans le Cantal   Ven 18 Juin 2010 - 13:03

on peut avoir un doute.............................

revenir la queue entre les jambes ?
en ont ils vraiment une ?

mais bon,
les bleus ont eté confrontes a un tas de trucs,
une mauvaise conjoncture........................certainement.......................

certainement la cause aux signes chinois.....................
apres le signe du cochon, du chien du rat..........................
y z'ont ete rattrapes par le signe de la "carpette"
bref,
plus que ca s'agite en haut....................(le nain et sa clique)
plus ca se ramollit en bas..................
Revenir en haut Aller en bas
http://gilma.forumactif.com/f4-photos-divers
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un Nostradamus dans le Cantal   Mar 17 Aoû 2010 - 14:51

Salutatousse.....

Méditez la dessus.....

La lettre ci-dessous a été écrite par le Père de Foucauld en
1907 !

Vraiment troublant et ahurissant : plus de 100 ans avant, une
telle clairvoyance !
Lettre du Père Charles de Foucauld adressée à René Bazin, de
l'Académie française, président de la Corporation des publicistes
chrétiens, parue dans le Bulletin du Bureau catholique de
presse, n° 5, octobre 1917 :
"Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre
empire colonial du nord de l'Afrique ne se convertissent pas, il se produira un
mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle
se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir l'esprit ni
le coeur français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera
l'étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d'autre part, la masse
des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous,
fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa
religion, par ses marabouts, par les contacts qu'elle a avec les Français
(représentants de l'autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent
ne sont pas propres à nous faire aimer d'elle.
Le sentiment national ou barbaresque s'exaltera dans l'élite instruite : quand
elle en trouvera l'occasion, par exemple lors de difficultés de la France au
dedans ou au dehors, elle se servira de l'islam comme d'un levier pour
soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman
indépendant.
L'empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique
occidentale française, etc., a 30 millions d'habitants ; il en aura, grâce à la paix,
le double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche,
sillonné de chemins de fer, peuplé d'habitants rompus au maniement de nos
armes, dont l'élite aura reçu l'instruction dans nos écoles. Si nous n'avons pas
su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils
deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens.
Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement,
discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction,
grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, ½uvre surtout de laïcs
français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un
contact plus intime.
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ?
Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non.
Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a
des accommodements ; avec l'un, celui du « Medhi », il n'y en a pas : tout
musulman, (je ne parle pas des libre-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à
l'approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte,
et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les
non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie
patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard
subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s'il est soumis à une nation
non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et
triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse
l' engage à subir avec calme son épreuve; " l'oiseau pris au piège qui se débat
perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact
le jour de la libération ", disent-ils.
ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux
Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils
peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami
étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par
sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole,
comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles.
mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils
ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du
Medhi, en lequel ils soumettront la France.
De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander
la nationalité française : comment demander à faire partie d'un peuple étranger
qu'on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel
on appartient soi-même ?
Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d'apostasie, un
renoncement à la foi du Medhi..."
Charles de FOUCAULD

Medhi = Le Bien-aimé = le Sauveur de l’Islam
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Nostradamus dans le Cantal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Nostradamus dans le Cantal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça bouge dans le cantal
» Ballade dans le Cantal
» Un film tourné dans le cantal à Cannes
» covoiturage dans le Cantal
» Se poser dans le Cantal, pourquoi pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cantal, le forum :: Cantal :: -
Sauter vers: